PRODUCTIONS PHOTOGRAPHIQUES DOCUMENTAIRES
  Gens de terre, la nouvelle Europe  
 

Photographe
Christian Bellavia

 

Lors de mon premier voyage au début de l'été 2003,
la Pologne était seulement candidate à l'union Européenne et l'échéance encore lointaine. Lorsque je fais ce second voyage, en novembre 2005, ce pays est devenu un membre imposant de l'Europe des 25 et nous sommes aux portes de l'hiver.
Je retrouve les quatre familles que j'ai décidé de suivre dans le temps.
 
 
_______________________________________________________________________________________
 
 
P o l o g n e
Wielkopolska
 

 

 

Cliquer sur la carte pour choisir un pays

                   
   
Nov.2005- Miloscz prépare un terrain à consacrer à l'agrotourisme
Nov2005- Fin d'après midi hivernale pour Miloscz Nov.2005- Miloscz transfert les poissons d'un étang à l'autre Nov.2005- Pawel dans sa porcherie Nov.2005- Pawel et Katarzyna Nov.2005- Katarzyna Nov.2005- Radostaw délimite les terrains pour son troupeau  
   
Nov.2005- Miloscz, 32 ans, devant l'un de ses étangs  
     
   
Nov.2005- Pawel et Katarzyna soignent les porcelets
 
   
Nov.2005- Ouvriers agricoles de l'exploitation de Radostaw
 
   
Nov.2005- Radostaw délimite les terrains pour son troupeau
 
   
Nov.2005- Ouvriers agricoles de l'exploitation de Radostaw
Nov.2005- Patrycja, 20 ans, la fille ainée de Wlodzimierz, étudiante en agronomie  
     
   
Nov.2005- Adam, 11 ans aide aussi aux travaux de la ferme lors des vacances scolaires
Nov.2005- Wlodzimierz, 51 ans, le père de famille  
                   
 

Famille Piecmota

Pawel et sa femme Katarzyna ont maintenant 32 et 29 ans, Pawel a abandonné un peu de ses traits d'adolescent attardé. Ils habitent toujours avec leurs parents et sont en train d'agrandir la maison familiale. Leur exploitation porcine est restée la même, faute de place et les gestes des uns et des autres se répètent immuablement chaque jour de l'année. Pawel a pu acquérir des hectares de terres supplémentaires qui lui permettent de produire la nourriture nécessaire à ses cochons. Il a aussi pu acheter un tracteur plus récent et plus puissant. De l'entrée dans la communauté Européenne, il fustige surtout la quantité exponentielle de documents administratifs à remplir.

 

Famille Grzeskowiak

Milosz a 32 ans, il est marié avec Katarzyna et a deux enfants âgés de 9 et 7 ans. Ils exploitent 40 hectares d'étangs hérités de son père depuis que celui-ci a été gravement accidenté il y a 7 ans. Milosz qui était mécanicien automobile n'était pas prédestiné à cette activité de pisciculteur et a dû faire face à cette situation inattendue.
Peu de choses ont changées depuis mon premier voyage. Ils développent leur activité d'agrotourisme pour répondre à une demande croissante de la part de touristes d'Europe du nord dans cette région. Milosz et sa famille ont voté OUI lors du référendum pour l'adhésion de la Pologne à l'Union Européenne. Depuis il voit les conséquences sur sa vie quotidienne, les prix ont augmenté, les carburants, l'alimentation ; il ne bénéficie d'aucune subvention de l'Europe pour son activité de pisciculture, aussi a t-il acheté 25 hectares de terres, donnant droit à des primes à l'hectare, même exempt de culture.
À proximité de sa maison Miloscz me montre deux immeubles, image incongrue dans ce paysage de lacs et de forêts, ils abritent les ex-employés, et leur famille, de l'ancienne coopérative agricole d'état. Depuis sa fermeture, c'est le chômage et la débrouille au quotidien pour ceux-ci " La catastrophe de la Pologne " comme me le dit Miloscz en mélangeant l'anglais, l'allemand et le français dans la même phrase.

Famille Niewiatowski

Radostaw partage la ferme familiale avec ses parents. Tout juste la trentaine, il pérennise l'exploitation et les hectares de terres confiés pas son père. Il a pu acquérir des dizaines d'hectares supplémentaires, c'est l'une des plus grosses exploitations de la région.
Leur capacité de réactivité permet de s'adapter très rapidement au marché et à ses lois financières. Radostaw me montrent les porcheries qui contenaient encore des dizaines de porcs quand je suis venu pour la dernière fois. Maintenant les bâtiments sont vides, seule l'odeur persiste encore. Le prix du porc a chuté, Radostaw et son père se sont convertis à la culture extensive de la pomme de terre et maintenant au milieu de la cour de ferme trône une trieuse automatique et un chariot élévateur pour manipuler les énormes caisses contenant la récolte.
Il y a aussi un nouveau hangar qui permet de conserver les tubercules pendants plusieurs mois dans de très bonnes conditions.
Cette automatisation de la production et les moyens techniques moderne qui l'accompagnent font la différence dans une agriculture qui fait encore appel très fortement à l'activité manuelle.
Radostaw continue aussi à exploiter un cheptel de vaches laitières.

Famille Szychowiak

Wlodimierz a 51 ans et il est l'heureux père de 11 enfants, avec sa femme âgée de 42 ans. Le changement le plus visible depuis ma première visite est la naissance de Zuzanna, presque 2 ans. Dans cette genéreuse famille, c'est Mikolaj, le garçon de 18 ans qui se prépare à la reprise de l'exploitation plus tard. Le frêle adolescent est devenu un solide jeune homme qui passe ses journées au volant du nouveau tracteur. Son père lui a confié la gestion d'une petite parcelle de terrain et observe comment il s'en sort avant de lui donner plus d'autonomie.
Pendant les fin de semaine et les congés scolaires, toute la famille aide à la marche de la ferme, le lait produit par les quelques vaches laitières sert à la consommation de la maison, les produits des ventes retirés des porcs et des 90 hectares de culture servent à faire tourner l'exploitation, mais Wlodimierz, comme la plupart des autres éleveurs et agriculteurs rencontrés se plaignent de l'augmentation des produits incontournables, carburants, charbons, engrais.
___________________________________________________________________________________